Soutien fédéral à la suite du coronavirus

0
69

Les entreprises de toute la Louisiane sont touchées par le coronavirus, et celles pour lesquelles des transactions doivent être effectuées en face à face sont les plus durement touchées. Les services et les autres membres clés de la main-d’œuvre de notre État et leurs employeurs recherchent un soulagement du coup de poing économique du Coronavirus. La législation fédérale visant à résoudre ce problème a récemment été adoptée par la Chambre des représentants des États-Unis, et toutes les attentes sont que le Sénat fera de même (avec des changements mineurs) dans la semaine.

La loi de 110 pages sur le coronavirus de la famille d'abord, détaille diverses tentatives pour aider les Américains touchés par le coronavirus. Les deux plus notables sont la loi sur les congés d'urgence pour raisons familiales et médicales et la loi sur les congés de maladie payés d'urgence. Ces deux dispositions auront un impact dramatique sur les gens et les petites entreprises à travers le pays.

La Loi sur les congés pour raisons médicales et d'urgence (EFMLEA) élargit le programme fédéral de congés pour raisons médicales. Actuellement, le programme prévoit 12 semaines de congé sans solde avec protection de l'emploi. Le projet de loi exigera que les entreprises de moins de 500 employés accordent 12 semaines de congé, les 2 premières semaines étant non rémunérées, et les 10 dernières semaines payées aux deux tiers de leur salaire normal pour les employés à temps partiel et à temps plein pour le coronavirus. événements. Les événements qui déclencheraient l'EFMLEA sont généralement les suivants:

  • L'employé est sommé de rester à la maison par un médecin ou un fonctionnaire parce qu'il a été exposé au Coronavirus ou est symptomatique, et l'employé ne peut pas travailler à distance;
  • L'employé doit prendre soin de l'un des membres de la famille suivants qui ont reçu l'ordre de rester à la maison par un médecin ou un fonctionnaire gouvernemental: parent, conjoint, enfants de moins de 18 ans, filles enceintes, proches parents enceintes, grands-parents, petit-enfant handicapé, ou un enfant handicapé (quel que soit son âge); et,
  • L'employé doit s'occuper d'un enfant car la garderie ou l'école est fermée et une baby-sitter n'est pas disponible en raison du Coronavirus.

Les employeurs pourront bénéficier d'un crédit d'impôt «d'un montant égal à 100% des congés qualifiés» payés au cours d'un trimestre civil sur la part patronale des charges sociales. Les crédits sont plafonnés à 200 $ / jour par employé et 10 000 $ par trimestre. Une entreprise peut demander au secrétaire au Travail une exemption s'il existe un risque important que l'entreprise cesse ses activités conformément à la nouvelle loi.

La loi sur les congés de maladie payés d'urgence (EPSLA) ne s'applique également qu'aux entreprises de moins de 500 employés. Ce nouveau mandat oblige les entreprises à payer l'intégralité de leur salaire aux employés pendant un maximum de 2 semaines en raison d'un congé lié au coronavirus. L'EPSLA s'applique aux travailleurs à temps plein et à temps partiel lorsque:

  1. L'employé doit s'auto-isoler parce qu'il a reçu un diagnostic de coronavirus;
  2. L'employé souhaite consulter un médecin car il présente des symptômes de coronavirus;
  3. L'employé doit rester chez lui par un médecin ou un fonctionnaire; parce que l'employé a été exposé au Coronavirus ou l'employé est symptomatique.
  4. L'employé doit s'occuper de l'un des membres de la famille suivants qui s'auto-isolent, doivent consulter un médecin parce qu'ils présentent des symptômes ou ont reçu l'ordre de rester à la maison par un médecin officiel: parent, conjoint, enfants de moins de 18 ans, filles enceintes, proches parents enceintes, grands-parents, petit-enfant handicapé ou enfant handicapé (quel que soit son âge); et
  5. L'employé doit s'occuper d'un enfant parce que la garderie ou l'école est fermée et qu'une baby-sitter n'est pas disponible en raison du coronavirus.

Les numéros 1 à 3 exigent que l’employeur paie à l’employé son taux de rémunération normal et, pour les numéros 4 à 5, l’employeur doit payer 2/3 du salaire normal de l’employé. Pour les employés à temps partiel, le montant est basé sur la moyenne des heures travaillées au cours des 6 mois précédents. Comme avec l'EFMLEA, les employeurs seront éligibles à des crédits d'impôt sur leur plafond d'imposition de la sécurité sociale à 511 $ / jour pour les trois premiers types d'événements et 200 / jour pour les 2 derniers types d'événements. Il y a eu des discussions sur une disposition pour les entreprises de moins de 50 employés, mais rien n'est confirmé pour le moment.

Le BRAC continuera de surveiller et de fournir des mises à jour sur la législation au fur et à mesure de son évolution.